Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > les jeunes pousses > lettres d'information > viv(r)e les sons!
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Viv(r)e les sons!

Entretien avec François Delextrat, président de l'association Centre du Son. 

CMTRA : Qu'est-ce donc que le Centre du son ?

François Delextrat : Le Centre du son est une association, née en 2005, qui porte sur plusieurs communes du nord de l'Isère un projet de développement de territoire autour de tous les domaines du son, en travaillant dans la transversalité.

Le projet Centre du son est né à partir de 1998, à la suite d'une rencontre entre quelques professionnels (dont Serge Garcia et Alain Paillet), qui travaillaient dans les domaines du son et dans des actions de recréation de lien social à partir de prises de paroles et d'enregistrements sonores, et des élus, dont je fais partie.

A cette époque le district du canton de Morestel réalisait une opération d'enregistrement de la mémoire orale des anciens. Au total, plus de 300 personnes auront été enregistrées sur tout le canton.

A l'issue de ce travail, des CD audio sur des thèmes transversaux à notre canton ont été produits et mis à disposition du public local: le commerce, l'école, le cycle du blé, le pisé, la pierre, le Rhône, etc. A partir de cette rencontre et des discussions qui s'en sont suivies, on s'est rendu compte qu'il y avait un besoin de transversalité dans le domaine du son. Anotre demande, le conseil municipal de Veyrins-Thuellin a donc créé une commission municipale qui associait élus et non-élus, des gens intéressés par le son, venant aussi bien de Veyrins, de Lyon, Grenoble ou Chambéry, pour réfléchir en commun à ce que pourrait être un projet autour du son. Il a fallu auparavant qu'on arrive à appréhender un vocabulaire en commun, à acquérir des notions sur le son et l'acoustique...

Au bout de deux années de rencontres mensuelles a été élaboré le projet de créer un centre de ressources, de rencontres et d'échanges autour du son.

Ce type de centre n'existe ni en France ni en Europe, il aura donc une vocation nationale et européenne.

Pour arriver à créer ce lieu-ressource, on a listé une dizaine de structures thématiques à développer autour du son, structures appelées « lieux »; chacune d'entre elle, prise individuellement, sera de même un lieu ressource.

Toutes seront en réseau afin de faciliter les synergies et les projets en commun. Nous prévoyons la création d'un lieu permettant : - l'archivage sonore, - la formation et l'éducation à la matière sonore, - la création sonore, - l'exposition d'oeuvres sonores, - la présentation de matériels et d'outils de production, de manipulation, de conservation et de diffusion de la matière sonore, - l'approche sonore ludique - la recherche sur les aspects physiologiques du son - l'exposition muséographique. Ce projet n'est pas né par hasard dans notre région : Rhône-Alpes est le premier pôle acoustique en Europe, tant au niveau industriel, qu'au niveau des formations et des centres de recherche.

Notre région possède aussi une histoire liée au son, histoire riche mais souvent ignorée. En Savoie par exemple, à Saint-Maurice-de-Rotherens, un ingénieur italien (Roberto Clémens Galletti di Cadilhac) fut dès 1913 l'un des précurseurs de la TSF en développant des liaisons radio avec les USA ou la Russie. Un petit musée, le radio-musée Galletti s'attache à préserver et développer le souvenir de ce chercheur méconnu.

A Pont de Chéruy les usines Gaumont ont produit industriellement entre 1915 et 1918 les premières lampes radio. Henri de Bellescize, ingénieur naval originaire de Satolas et Bonce, a découvert l'existence des ondes courtes au début de la Première guerre mondiale. Bien d'autres exemples pourraient être mis en avant... Actuellement, autour du projet global de notre association que je viens d'évoquer, d'autres projets commencent à se greffer : une association française d'archéomusicologues, APEMTAM, dont le siège est en Isère, projette de créer sur notre territoire d'intervention son “Centre européen d'archéomusicologie et d'anthropologie sonore”.

Un plasticien sonore habitant la Loire, nous propose de venir s'installer chez nous. Le Centre du son commence ainsi à agir comme une sorte d'aimant, de pôle pour des projets de ce type. Mais nous souhaitons aussi développer d'autres projets de type entrepreneurial notamment.

En octobre se tient un grand événement :Vivre les sons !

Plusieurs événements sont associés au nom générique « Vivre les sons 2006 ».

D'abord, les « Etats généraux du son», qui se dérouleront les 4, 5 et 6 octobre. Le projet est de réunir une centaine de professionnels travaillant dans tous les domaines du son, pour faire un bilan du son en France, inciter les gens présents à s'engager et établir un plan d'action sur 4 ans. Le but est de créer une dynamique autour du son, de créer un véritable réseau des acteurs du son, et enfin de donner un véritable statut au son, ce qu'il n'y a pas pour l'instant.

Actuellement, il n'y a pas de reconnaissance du son car il n'y a pas de prise de conscience des très nombreux domaines qui ont le son comme vecteur commun. Ce n'est pas évident de parler du son. Il est aisé de parler musique, de parler image ou de parler patrimoine, mais “parler son” ne vient pas facilement à l'esprit alors que pourtant, la téléphonie, l'informatique, la radio, les micro-ondes, les ultrasons, l'échographie constituent toutes des techniques qui relèvent du son. Ensuite, les 7 et 8 octobre, sur un week-end, « Vivre les sons » est conçu comme une fête, avec des ateliers, des expositions, des échanges, des débats.

On souhaite ici attirer un large public, montrer tout l'intérêt des domaines du son, éveiller la curiosité, faciliter la découverte ... On avait déjà fait ça en avril 2004 - et certains réseaux ou producteurs d'événements étaient venus chez nous pour faire leur « marché », ce qui a plutôt été valorisant pour nous. En parallèle à cela, la toute nouvelle Fédération régionale des radios associatives non commerciales créera sur place une radio provisoire durant 8 jours avec production et diffusion d'émissions, avec des stages de formation.

En somme, qu'est-ce qui motive l'existence du Centre du son ?

Le premier mot qui me vient à l'esprit est la notion de territoire. Le Centre du son est né dans le nord de l'Isère, dans un territoire rural à proximité de Lyon, de Chambéry et de Grenoble. Nous avons envie de montrer qu'à travers le son, on peut contribuer à aménager un territoire en termes de formation, d'économie et de culture. Qu'on peut contribuer à lui donner une identité (y compris sonore), le façonner pour en faire une source permanente d'innovation et de culture. Et que ce territoire pourrait être (ou sera) reconnu comme un pôle de compétence majeur à l'échelon national et européen. Je terminerai par le mot "rencontre". Car il est le plus important, c'est la clé de notre projet. 

Propos recueillis par F.L. et E.G.

Contacts :

Le centre du son 10 route des Avenières 38630 Veyrins-Thuellin

téléphone : 04 74 97 38 42

adresse courriel : [administration@lecentreduson.info->administration@lecentreduson.info]

internet : www.lecentreduson.info

MANIFESTE Sommes-nous tous devenus sourds ? 

Nous vivons dans un monde sonore du premier cri au dernier souffle

Sommes-nous aveuglément sourds à tout ce qui nous entoure

Tout juste capables de nous indigner du bruit de l'autre le voisin

Par ce manifeste nous affirmons le droit de chacun à vivre pleinement la dimension sonore de son existence tels

la qualité sonore des espaces publics des espaces privés

les sons de nos objets et des outils

la sonorisation des spectacles

la radio créative et créatrice des sons pour dire une voix pour être une technique son sensible et imaginative des initiatives industrielles en faveur du sonore

des mémoires orales encore vives

l'exploration sonore dès l'enfance

l'écoute des paysages

le son à l'image

et tant d'autres

nous constatons

la méconnaissance générale de l'histoire humaine et technique du son l'ignorance fréquente de la physiologie de l'audition de la phonation une résignation à la médiocrité

nous refusons

que l'être humain se prive d'une source de satisfaction sensorielle indispensable à son équilibre nécessaire à la constitution de sa mémoire à la formation de son esprit

A l'enrichissement de son imaginaire à sa vie en société

nous dénonçons

la faible reconnaissance de la dimension sonore dans nos vies professionnelles et au quotidien

nous proposons une mise en évidence de l'étendue des domaines sonores une valorisation de ses acteurs organismes recherches créations productions et caetera

nous décidons de réunir les Etats généraux du son

pour établir des constats communs

pour définir ensemble des propositions à concrétiser d'urgence

nous lançons ce jour

un appel à doléances

A chacun professionnel ou non

A partir de votre expérience du sonore

vos colères vos désirs vos satisfactions

Faîtes-nous part

de vos constats

de vos propositions

Vos dires construiront les Etats généaux du son

Contacts :

Association Le centre du son - Téléphone: 06 75 71 56 05

30 route de la Romatière - 38630 Veyrins-Thuellin 

Vivre les sons Téléchargez le programme sur www.lecentreduson.info

Durant cet événement, le CMTRA vous présente : - "Paysages sonores et chants traditionnels”

Une présentation de la collection Atlas Sonore du CMTRA

Riche de 18 numéros, la collection se présente comme une “photographie sonore” d'un lieu, d'un quartier ou d'un pays. Il s'agit d'une collecte de sons, d'une enquête pluridisciplinaire sur un territoire et ses habitants, où le sonore et le sensible entrent en jeu, servis par les outils de l'approche ethnomusicologique. Cette intervention est un voyage à travers quelques uns des atlas effectués en Rhône-Alpes, guidés par les chants de ses habitants : chant de travail, d'amour, de mai, de mariage, berceuses .... Qu'avons-nous à chanter? Durée : 80 mn. - Présentation orale et écoute d'extraits sonores

Intervenante : Péroline Barbet

Date : sam. 7 oct. à 14h30 et dim. 8 oct. à 10h - "Mémoires musicales de la Guillotière"est le 19ème chantier mené par le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes depuis 2003. Il s'inscrit dans le cadre des projets culturels du Contrat de Ville de Lyon et vise à valoriser la diversité des expressions musicales migrantes en milieu urbain.

Ce projet comporte différents volets : des recherches de terrain et de collectes musicales, des recherches historiques et documentaires, l'organisation de concerts et d'événements de découverte musicale, et la publication d'un DVD et d'un CD. Focus sur les collectes de chansons, trésors intimes de mémoires musicales singulières du quartier. Durée : 60 mn. - Présentation orale et écoute d'extraits sonores

Intervenantes : Yaël ESPTEIN et Fanny LOGEAY

Dates : sam. 7 oct. à 16h et dim. 8 oct. à 11h30



logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75