Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > lettre d'information n°27. a... > lettres d'information > accordéon diatonique : itinéraire bis
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Accordéon diatonique : Itinéraire bis
Un nouveau numéro de la collection "Modal" est consacré à l'accordéon

Entretien avec Christian Oller CMTRA : Qu'est-ce qui t' a amené à écrire ce livre sur l'acC.O.rdéon diatonique ?

Christian Oller : Tout d'abord, ce n'est pas un travail "d'écriture" à 100%, il s'agit plutôt d'une coordination,, et d'un conception globale de cette revue. Cet ouvrage s'inscrit dans une collection, éditée par la FAMDT, et qui a traité divers sujets: par exemple "Cornemuses", "L'homme le végétal et la musique", etc...Il m'a paru intéressant de réaliser un numéro sur l'accordéon diatonique, dans la mesure ou le monde de l'accordéon en général a beaucoup bougé depuis 10 ans. A mon avis cela vient d'un travail de fond, effectué entre autres, par les joueurs de diatonique. CMTRA : Veux-tu souligner par là que ce sont les joueurs de "diato" qui ont modifié le monde de l'accordéon en général ?

C.O. : Bien des initiatives ont été prises dans d'autres musiques, et c'est pourquoi le numéro contient des articles sur le musette, le jazz ou le tango. Néanmoins la pratique de l'accordéon diatonique est partie de rien dans les années 70, et a poussé tous les acteurs à une invention quotidienne: aussi bien pour la musique que pour la lutherie, le collectage, etc...Toutes ces initiatives ont bousculé l'image d'Épinal donnée sur l'accordéon musette: un image un peu ringarde, qui avait éloigné de l'accordéon plusieurs générations.

D'autres musiciens qui pratiquaient l'accordéon chromatique ont également été en rupture avec le milieu musette, je pense à Richard Galliano, Francis Varis, qui se sont lancés en pionniers dans l'accordéon jazz. Cette foison d'initiatives a fait exploser l'image de l'accordéon dans les années 80. Aujourd'hui, cet instrument se trouve partout et se joue même dans les groupes rock français. CMTRA : Justement, la musique traditionnelle, à l'image du jazz, n'a-t-elle pas tendance à "s'intellectualiser" quelque peu ?

C.O. : C'est effectivement un danger, un exemple à...ne pas suivre! Bernard Lubat en parle très bien dans un article de ce "Modal", en expliquant que le jazz s'est trop éloigné d'une pratique populaire, et que l'important c'est quand même de le jouer. L'enseignement doit naître d'une pratique, et non d'une formulation abstraite. Le jeu de diatonique emprunte aussi aux musique écrites, mais il ne faut pas qu'une manière d'appréhender la musique se substitue totalement à une autre. Je ne pense pas que l'on puisse totalement rejeter l'écriture musicale, ou à l'inverse la tradition orale. Jean-Jacques Le Creurer parle de son expérience pédagogique, basée sur l'apprentissage oral, et François Heim en expose les limites : qui a raison, qui a tort... CMTRA : Puisqu'il s'agit d'un livre sur l'accordéon diatonique, pourquoi avoir abordé le bandonéon ou le chromatique ?

C.O. : Pour souligner toutes les corrélations avec d'autres instruments, d'autres musiques. Le bandonéon et le tango se sont développés à Buenos Aires, dans les mêmes conditions que le musette à Paris. Didier Roussin avait enquêté sur les origines du musette, César Stroscio quant a lui nous dit que le tango, musique écrite par excellence, ne peut se jouer correctement que si l'apprentissage est complété par une forme de tradition orale. Toutes ces recherches, et ces pratiques, m'interpellent aujourd'hui. CMTRA : S'il n'y avait qu'un aspect à retenir, lequel serait le plus important pour toi ?

C.O. : Un livre écrit par des musiciens eux-mêmes. Ils témoignent de leurs passions, de leurs recherches, de leurs influences. En puisant dans les sources originales des idées nouvelles qui ont nourri leurs pratiques et leurs créations, ils racontent une nouvelle histoire de l'accordéon. CMTRA : Par quels "Itinéraires bis" veux-tu nous faire passer ?

C.O. : C'est surtout la multiplicité des itinéraires, qui est importante. Il y a autant de voies possibles sur l'accordéon, et sur le diatonique, qu'il y en a sur tout autre instrument. Et nous ne sommes pas au bout de nos découvertes. J'ai construit l'ouvrage en proposant une première partie, consacrée aux sources: par exemple comment l'accordéon a fait irruption dans les campagnes, les chocs et les évolutions qui en ont découlé. Ensuite quelques points de vue, des personnalités, comme Robert Santiago, ou Marc Perrone. Enfin des parcours musicaux allant du Quebec à Buenos-Aires, en passant par la Bretagne. Et puis bien sûr une discographie sélective, de 1975 à 1995. J'ai voulu un livre accessible à tous, avec de belles illustrations, une revue que l'on puisse feuilleter, survoler, et ensuite choisir un sujet pour l'approfondir. CMTRA : Des manifestations autour de la sortie du livre ?

C.O. : Nous avons présenté le livre à Paris, avec concert et signatures, ainsi qu'au Festival "Nuits de Nacre" à Tulle. En Rhône-Alpes, je donnerai pour la première fois une conférence musicale, avec écoute de CDs, sur l'accordéon dans le Monde, et dans les musiques actuelles, suivi du spectacle "Mondéolino". Propos recueillis par Patrick Partouche. Accordéon diatonique :

Itinéraire bis est édité par la FAMDT-Modal,

La Falourdière. 79380 St Jouin de Milly

Tél: 05.49.80.82.52


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75