Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > lettres d'information > lettre d'information n°35. automne 1999 les...
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Lettre d'information n°35. Automne 1999 Les voix du cante flamenco
du 15/11 au 21/11

Entretien avec Dominique Jégou et Alain Blanes CMTRA : " Les Voix du Cante Flamenco " à Grenoble, c'est à la fois le nom de votre association, et le développement d'une idée ?

D. J : Je vais inverser les choses et dire que l'idée prime sur l'association. En France, les gens qui s'intéressent à la culture flamenca cherchent toujours à recentrer les choses sur le sens et la nature de cette culture. On est parti d'un décalage, que nous vivions, entre la qualité de ce qui est publié en France, les disques, les livres, qui sont souvent remarquables et la musique vivante, les spectacles, qui diffusent le flamenco essentiellement à travers la danse.

On a voulu essayer de montrer les relations entre les trois composantes du flamenco que sont : le chant, la guitare et la danse, les rééquilibrer. Le mot "flamenco", renvoie avant tout au "cante flamenco", c'est dire que la danse s'appuie sur le chant, et que la guitare soutient, fait sortir le chant. CMTRA : L'essence, l'origine du flamenco seraient le chant seul ?

D.J : On se rapporte à une culture toute entière, à son histoire. On peut dire que le flamenco est un chant gitano-andalou. Le répertoire flamenco est un répertoire de chants même si certains de ces chants sont dansés dès l'origine. CMTRA : Pour le grand public ce sont plutôt les guitaristes qui sont médiatisés, comme Paco de Lucia. Cette vision exclusive du flamenco-guitare est-elle justifiée ?

D.J : La guitare et la danse résument le flamenco pour le grand public, en France. Je pense que c'est une question de facilité d'accès en raison de la langue. C

ontrairement aux autres musiques traditionnelles, on dirait qu'il faut ajouter quelque chose au flamenco, une mise en spectacle, ou des grands ballets avec un fil conducteur. " Les Voix du Cante flamenco " veut donner ce coup de projecteur sur la place du chant, du chanteur. Nous avons invité des artistes de grand talent, comme Chocolate. Chocolate est un chanteur qui représente le chant profond, un chant sans concession, qui se concentre sur le sens des textes, sur les structures basiques du chant.

Nous aurons aussi La Macanita, une chanteuse plus festive qui représente le chant de Jerez, avec la prédominance d'un certain type de chant, les bulerias. Il y aura aussi José el de la Tomasa, un chanteur qui montre le passage entre les traditions musicales familiales ; c'est le fils de grands chanteurs non-professionnels, et une référence de la création individuelle. Il a même participé à un groupe de folk andalou, dans les années 70 ; c'est quelqu'un qui écrit ses textes, qui est aussi un pédagogue, on le retrouvera dans les stages au Conservatoire. CMTRA : C'est l'autre aspect de votre manifestation, que l'on peut définir comme " polyculturelle "? Avec des concerts, mais aussi des stages, des masterclasses, et même des films, etc... En deux mots comment avez-vous choisi cette démarche ?

D J : Nous n'avons pas voulu nous substituer au travail de programmation des salles, mais proposer de la musique vivante qui soit une illustration de cette culture sous ses trois formes: chant, danse et guitare. Il y aura de la danse avec María del Mar Moreno, et en même temps tout un travail didactique, pour le public. C'est sur l'image du flamenco que nous cherchons à travailler, une culture qui est à la mode et en même temps méconnue. Bernard Leblon fera une conférence pour parler de la richesse, de la variété du flamenco, de son évolution. CMTRA : Parlons des films, vous avez également un programme de cinéma ?

D.J : Le flamenco et le cinéma, c'est un petit peu la croisée des chemins : comment le flamenco est représenté, comment il est transmis. Il existe des documentaires très fidèles, des documents d'archives de la télévision espagnole qui sont des sortes de trésors qui montrent le chant dans ses territoires d'origine, chanté dans les familles, dans les arrières boutiques.

A côté de çà, dès que l'on passe à la fiction , on passe souvent à l'espagnolade, le folkorisme, l'eau de rose, les histoires d'amour... (rires), exception faite de Saura. C'est une rencontre difficile ; comment peut-on filmer, représenter, une musique au niveau du cinéma ? CMTRA : Vous proposez des expos, également ?

D. J : Oui, il y aura deux expositions, une de dessins d'un artiste de Rhône-Alpes, Miguel Alcalá, dans une librairie de Grenoble, et une exposition de photos de René Robert, un photographe qui cherche à montrer le chant avec des images muettes, sans effet photographique , c'est un travail en noir et blanc sur les expressions, la capture de moments. CMTRA : Votre entrée dans le Conservatoire, sous la forme de master-classes, c'est un peu symbolique, non ?

D.J : Oui, c'est une première et ça vient aussi du directeur du Conservatoire de Grenoble, Michel Rotterdam, qui s'intéresse à la finalité de l'enseignement de la musique. Peut-on parler de "la" musique ou "des" musiques, comment peut-on transmettre des musiques de tradition orale ? CMTRA : On ne sait toujours pas qui se cache derrière le nom de votre association.

D. J : L'association s'appelle "les Voix du Cante Flamenco". Il existe déjà des associations de flamenco comme "Duende" à Lyon , "Flamenco en France" à Paris et bien d'autres... Il s'agit d'une association créée pour donner une cohérence à une idée, pour la gestion de la cohérence de la manifestation, composée de quelques aficionados qui se sont regroupés autour de cette idée.







CMTRA : Peut-on rencontrer des associations issues de la communauté espagnole à Grenoble, comme à Saint-Priest ou Saint-Fons ?

D.J : Oui dans l'agglomération de Grenoble, il y a une importante communauté espagnole, une communauté souvent d'origine andalouse. Il y a environ cinq ou six associations, peut-être même plus, à Saint-Martin d'Hères, à Échirolles, à Fontaine, à Grenoble. Les activités de ces associations ne sont pas exclusivement centrées sur le flamenco. Le flamenco fait partie de la culture espagnole et plus particulièrement andalouse certes, mais en même temps, il a une dimension universelle. CMTRA : L'universalité du flamenco peut aussi s'appuyer sur des réalités locales d'immigration. Ainsi vous allez programmer également un groupe d'originaires qui vit en Rhône-Alpes, "La Fragua" (présents sur l'Atlas sonore "Flamenco à Lyon"). Nous sommes en présence de Alain Blanes, l'un des chanteurs de La Fragua. Alain, que peut apporter la présence d'un groupe comme La Fragua dans un festival de cante flamenco ?

A.B : Déjà pour nous, pour le groupe, ça signifie beaucoup puisqu'on va voir une porte s'ouvrir sur le monde : des grands artistes qui peuvent nous apporter énormément ne serait-ce qu'au niveau culturel. Il y a trois chanteurs dans le groupe La Fragua, trois voix différentes : une voix ancienne, une voix moderne et une voix " entre les deux " qui est la voix de Ricardo Fernandez ; moi même, je suis le chanteur moderne, on va dire (rires) !

Je représente un peu la modernité du flamenco et puis Miguel, lui qui a la voix ancienne, un monsieur qui fait du cante avec la tradition ancienne. Ensuite, il y a Jean-Yves Sanchez, le guitariste et Angel Lopez qui est le grand danseur du groupe (rires). Pour en revenir à ce que représente ceci pour La Fragua, c'est une porte ouverte sur la culture flamenca, que nous connaissons bien sûr, mais dont on peut encore s'enrichir, dont on a besoin. CMTRA : Pour un chanteur comme toi, quand tu entends des noms comme Chocolate ou La Macanita, ce sont des références ?

A.B : Ce sont des grandes références, des grandes voix. En présence de tels chanteurs, on n'osera pas chanter (rire). Devant un chanteur comme ça, on peut prendre beaucoup de choses ne serait-ce déjà que le quejío. Le " quejío ", c'est la plainte du chanteur.

Automatiquement, chaque chanteur a ses attitudes, ses façons et son chant qui lui sont propres et lorsqu'on se trouve en présence d'un tel chanteur, tout ceci peut nous enrichir énormément, ses plaintes, un geste, un détail CMTRA : Y a-t-il un renouveau du répertoire, ou bien est-il fixé ?

A.B : Non, il y a un renouvellement continuel du répertoire ; si beaucoup de chants sont chantés depuis longtemps, les paroles ne sont pas toujours les mêmes, surtout aujourd'hui avec la jeunesse qui essaye d'introduire dans le flamenco de nouvelles choses, tout en gardant la tradition.

D.J : Justement, un des points centraux de notre aventure, c'est de montrer la diversité des chants, la diversité d'un répertoire qui existe depuis longtemps et qui évolue. On peut compter jusqu'à 150 sortes de chants différents, alors qu'au niveau de la diffusion, le répertoire est réduit. Un des buts de notre manifestation, c'est d'essayer d'élargir un peu le répertoire présenté, pas seulement les " tango, bulería, soleá et alegria ".

Montrer qu'il existe une richesse incroyable complètement méconnue, des milliers d'auteurs anonymes qui ont constitué un répertoire de poésie, très fort, utilisé, réorganisé par chaque chanteur. Chaque chanteur donne à son chant une particularité personnelle par la façon dont il colle, dont il agence les éléments d'une mosaïque, à partir de la poésie qui existe et des apports de la poésie contemporaine, et d'auteurs comme Garcia Lorca. CMTRA : Peut-on dire que c'est dans cet agencement des paroles que l'on reconnaît le savoir-faire d'un chanteur ?

D. J : Oui, bien sûr, en partie. Cet agencement constitue la part d'improvisation dans un cadre donné, celle dans laquelle l'on va reconnaître toute la finesse d'un chanteur qui peut vous transporter. CMTRA : Donc on peut s'attendre à ce que les artistes que vous allez inviter soient des maîtres dans cet exercice...?

D.J.: Oui, Chocolate, par exemple, transforme tous les chants qu'il touche. Ils deviennent ses chants. CMTRA : Encore un mot sur La Fragua, pour finir : un enregistrement est-il prévu, vous dirigez-vous vers une voie professionnelle ?

A.B.: Eh bien, pour l'instant non puisque La Fragua est en voie de formation, avec une école qui ouvrira normalement fin septembre. Ce sera une école flamenca, avec des cours de danse, de guitare et également de chant, de rythmique. Comme je vous le disais, La Fragua entre seulement dans le monde du flamenco. CMTRA : Merci pour cette humilité. Où sera située cette école, qui semble intéressante ?

A.B.: L'école se situe dans l'agglomération lyonnaise, à proximité du Parc de la Tête d'Or, de l'Insa et du Consulat d'Espagne. Les cours de danse seront accompagnés à la fois par le chant et par la guitare. On va essayer de faire vraiment du flamenco comme ce qui existe en Andalousie, on va essayer de traduire tout ça, ici à Lyon. Propos recueillis par E.M. Les voix du Cante flamenco du 15/11 au 21/11 - GRENOBLE (38) - 16/11 -

Amphi 10, Université Stendhal, à 12h30, Arcángel, chant avec José Luis Postigo, guitare - 17/11 -

Le Ciel, à 21h30, José el de la Tomasa, chant avec José Luis Postigo, guitare - 18/11 -

La Rampe d'Échirolles, à 21h00, Chocolate, chant avec Manuel de Palma, guitare Tomasa La Macanita, chant avec Diego Moreno, guitare, Chicharito et Gregorio, palmas. - 19/11 -

La Rampe d'Échirolles, à 21h00, Curro Malena, chant avec José Luis Postigo, guitare Maria del Mar Moreno, danse avec Antonio de la Malena, chant et Luis de la Tota, palmas. Conférences :

Avec José María Velázquez - Corinne Savy Frayssinet Bernard Leblon - Pierre Lefranc. Expositions :

Photos de René Robert - Dessins de Miguel Alcalá. Café Littéraire :

Manuel Ríos Ruiz, Félix Grande, Claude Orsoni Cycle Flamenco et cinéma / Projections de vidéos :

Rito y geografía del cante Iniciación al cante. Contact :

Les voix du cante flamenco Site internet : [http://www.apaloseco.com->http://www.apaloseco.com]


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75