Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > lettre d'information n°35. a... > lettres d'information > micros dans les bois
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Micros dans les bois

Rencontre avec Pascal Cacouault et Jean Coly, du studio du Charmet CMTRA : Nous sommes ici au coeur du tout nouveau studio du Charmet, à quelques kilomètres de Châtillon sur Chalaronne, entre Bresse et Dombes. Un studio d'enregistrement en pleine campagne, est-ce une contrainte ou un choix ?

J.C. : C'était une volonté délibérée de s'installer à la campagne. Compte tenu de l'expérience de Pascal et de ses enregistrements, il s'est révélé très important, pour que les musiciens puissent travailler dans de bonnes conditions, d'être au calme et de pouvoir s'aérer de temps à autre, profiter du plein air, de la campagne et surtout d'un cadre très agréable, propice à la création.

Nous sommes situés à 30 minutes de Lyon, ce qui est relativement proche. En comparaison, si on pense aux embouteillages dans la ville lorsqu'on est amené à traverser Lyon, ou au délire pour trouver une place de parking, ici c'est un petit paradis... CMTRA : Le studio s'est ouvert il y a deux ans : possédez-vous déjà une configuration de matériel satisfaisante ?

P.C. : Oui, tout à fait, sachant que pour un studio, deux choses sont importantes : l'équipement bien sûr, mais aussi l'acoustique du lieu. Nous sommes entièrement équipés de matériel numérique, automatisé, ce qui fait que toute modification de la musique est instantanément enregistrée et reproductible autant de fois qu'on le veut.

La qualité sonore est supérieure à celle qu'on peut trouver sur un CD à l'heure actuelle, cela est donc le gage d'un très bon résultat. D'autre part, en dehors de la pure partie matérielle et technique, le studio a une acoustique traitée, avec un temps de réverbération parfaitement adapté à la musique acoustique et aux voix, ce qui est très important, et très rare dans la région. Nous sommes, je pense, un des seuls studios à pouvoir fournir une telle prestation au niveau du son, en Rhône-Alpes. CMTRA : Le studio est-il spécialisé dans les prises de son, ou bien êtes-vous équipés pour traîter aussi les mixs ?

P.C. : Nous sommes en mesure de suivre un disque de A jusqu'à Z, c'est à dire que nous faisons à la fois l'enregistrement, bien évidemment le mixage, mais aussi le suivi de fabrication et la fabrication proprement dite, c'est à dire la conception de la pochette, si l'artiste en a besoin. Nous sommes en relation avec une équipe de graphistes avec lesquels nous travaillons depuis longtemps. CMTRA : Est-ce que cela veut dire, Jean, que vous vous dirigez aussi vers la production ?

J.C. : C'est une volonté délibérée de se lancer dans la production. Mais il nous faut faire attention car cela nécessite des budgets assez importants à tous les niveaux : l'utilisation du studio, les salaires des musiciens, la promotion... donc pour l'instant ce projet est à l'ordre du jour, nous n'avons pas encore trouvé la perle rare et le financement adéquat pour concrétiser la première production. Par contre, nous avons déjà fait deux coproductions avec des artistes de la région Rhône-Alpes. CMTRA : Allez-vous diversifier vos genres musicaux ? On connaît le travail de Pascal Cacouault sur les musiques traditionnelles : allez-vous étendre vos activités à d'autres genres musicaux ?

P.C. : Nous n'avons pas de secteurs estampillés, nous n'avons pas écrit "musiques traditionnelles" au-dessus de la porte du studio. Ce que l'on peut dire, c'est que nous sommes spécialisés dans tout ce qui relève de la prise de son acoustique, quel que soit le genre musical : évidemment tout ce qui est musique classique car cela correspond tout à fait à ma formation et à mes compétences, tout ce qui est musique jazz, musique jouée "live", blues ou autre, ou des musiques traditionnelles au sens très large du terme, en fait tout ce qui est à considérer comme une musique acoustique . CMTRA : Êtes-vous également prêts à faire des prises de son "live" en extérieur ?

J. C : Effectivement, il ne se passe pas un mois sans que nous sortions pour enregistrer un groupe en concert, une chorale, un orchestre, un ensemble instrumental... cela va de l'orchestre symphonique au duo. A partir du moment où les gens veulent une acoustique particulière, une église, une salle de concert quelconque ou un lieu particulier, nous nous déplaçons, et cela arrive fréquemment. CMTRA : Cette volonté de créer un studio qui remplacerait un petit peu ce qu'a été le Caveau Jazz de Saint-Fons pendant des années et son rôle de pionnier sur les musiques traditionnelles, est-ce pour vous un projet auquel vous donnez la durée, quelle limite vous êtes-vous fixée ?

J. C : Cette aventure a commencé il y a plus de 20 ans avec Pascal, car nous sommes de vieux amis. On avait envie déjà quand on avait 16 ans de créer un studio d'enregistrement, une structure pour d'une part, enregistrer dans de bonnes conditions, donc trouver un lieu qui soit vraiment propice à l'enregistrement et à la création sonore, et la campagne est tout à fait adaptée à ce genre d'activités et, d'autre part, travailler l'acoustique, les sons, la stéréo.

On adore la musique et bien sûr, tous les disques que l'on peut choisir et écouter à l'heure actuelle sont testés par nous, ici, sur le jeu d'enceintes "top niveau" que nous avons installées au studio. Quant à la durée, on s'est donné trois ans pour juger de la pérennité de l'entreprise, sachant que lorsque l'on ouvre une activité c'est toujours très dur au départ, il faut s'impliquer énormément, ce que l'on fait très bien avec Pascal.

On a toujours des hauts et des bas, forcément, les enregistrements sont tout de même assez saisonniers, dans la mesure où l'été est une période creuse, plutôt réservé aux festivals, aux concerts et à toutes les musiques vivantes, à l'extérieur. C'est une période relativement calme, pendant laquelle on souhaite, pour diversifier notre activité, lancer une activité complémentaire et parallèle aux enregistrements, la vente et la démonstration de matériel haute fidélité et les concepts audio-vidéo, puisqu'à l'heure actuelle le DVD est en train de faire un bon en avant énorme au niveau du grand public. On a souhaité ne pas prendre le train en marche mais accrocher des wagons pour justement être dans le coup.

P.C. : Bien évidemment, il y a 20 ans, on avait cette idée de studio, mais aussi cette idée de haute-fidélité, parce que pour nous c'est complémentaire. C'est-à-dire que l'on est à la fois à la source du disque, et jusqu'à sa diffusion : jusqu'à la chaîne Hi-Fi, chez les gens. Donc, nous invitons tous les mélomanes intéressés par les sons d'exceptions à venir écouter ici des albums enregistrés, pas forcément par nous d'ailleurs, et de les écouter dans les meilleures conditions.

Nous pouvons aussi, à titre comparatif, inviter des artistes qui ont fait leur disque chez nous, et juger sur écoute Hi-Fi d'un rendu optimum de leur musique : là où l'enregistrement a été fait par les gens qui l'ont fait. CMTRA : Quels sont les enregistrements récents sortis du studio du Charmet ?

P.C. : Je pense qu'il est important de parler du plus récent, le dernier album de Steve Waring, qui a fait un album de compositions, de chansons pour enfants. On a terminé les deux albums live de Tonynara avant l'été, car il souhaitaient qu'ils soient sortis pour les périodes des festivals. Avant cela, il y a eu le disque de Christian Oller "Mondéolino", l'album de Norbert Pignol "Silence" avec un ensemble orchestral d'instruments traditionnels, avec une quarantaine de musiciens traditionnels, quelque chose d'unique. L'album du "Jardin de l'Ange" a été enregistré en partie au studio, et en partie "live" au sein de l'église de Pérouges, avec quelques choix d'équilibre voix-harmonium-cornemuse intéressants à résoudre.

Nous avons réalisé également le CD du trio Sylvie Berger, Robert Amyot et Jean Blanchard, "Fleur de Terre", enregistré sur plusieurs mois. Nous avons aussi à notre actif un album de Bluegrass-Country du groupe Zip Code 2025, et citons aussi un disque avec une chanteuse soprano, Annette Grimberg, un disque de lieders. Tout récemment l'album de musique arabo-andalouse de Mohamed Mahdi, et le travail collectif de Carlo Rizzo, Montanaro et Shemirani. On a enregistré aussi un album du trio Appolo de l'Arfi, et bientôt un enregistrement de Torero Loco. Très bientôt aussi, nous enregistrerons le nouvel album de Carlo Rizzo avec l'Ensemble Résonances Contemporaines, et un disque de musiques médiévales avec Robert Ressicaud. Le prochain album d'Obsession Quintet... CMTRA : Stop ! On peut se demander s'il reste des groupes en Rhône-Alpes qui ne sont pas venus ici ?

J.C. : Si, il y en a... (rires). Nombreuses sont les personnes qui nous téléphonent pour venir enregistrer, faire des coproductions ou des productions. Mais je voudrais dire aux jeunes artistes que c'est un milieu où il y a beaucoup de gens malhonnêtes, donc : faites attention à ce qui peut se présenter à vous, ne signez rien sans avoir lu entre les lignes. On en connaît beaucoup qui se sont fait "pigeonner", qui sont encore en train de payer leur enregistrement et les hypothétiques CD qu'on leur avait promis... Propos recueillis par E.M. Contact :

Le studio du Charmet - Saint Trivier sur Moignans (01)

Tél : 04 74 55 91 62


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75