Boutique Mon compte
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA
accueil > nos actions > lettres d'information > lettre d'information n°38. e... > lettres d'information > fêtes escales à vénissieux (69)
menu
page facebook du CMTRA page twitter du CMTRA page youtube du CMTRA

Fêtes Escales à Vénissieux (69)

Entretien avec Régis Gizavo

Né en 1971 à Tuléar, à Madagascar, Régis Gizavo joue de l'accordéon diatonique depuis l'âge de 6 ans. Son conservatoire, c'est sa famille, et les fêtes malgaches ou l'accordéon est roi. De son enfance, il garde la maîtrise du "renitra", ce jeu rythmé propre à sa région natale.

Arrivé en France en 1990 à la faveur d'un concours "découvertes" organisé par RFI, il va séduire par son jeu étincelant une pléiade d'artistes avec lesquels il va faire un bout de chemin : Graeme Allwright, Manu Dibango, Lokua Kanza, Jacques Higelin, mais c'est avec les Corses d'I Muvrini qu'il établit une complicité inscrite dans la durée.

Régis Gizavo n'est pas seulement un accordéoniste virtuose, il chante aussi brillamment, comme en témoignent les CD qu'il signe en duo avec un percussionniste.
CMTRA : Régis Gizavo, vous êtes au festival Escale le 7 juillet à Vénissieux, en duo avec David Mirandon, percussionniste, et vous-même, au chant et à l'accordéon. Vous êtes originaire de Madagascar, un grand pays où il y a de nombreuses musiques différentes. Quelles musiques allez-vous nous proposer ?

Régis Gizavo : Je suis né dans le sud-ouest de Madagascar, et je joue beaucoup de musique de cette région, mais aussi d'autres régions de l'île. J'ai beaucoup voyagé, et, dans mes compositions, je mélange pas mal d'influences.

Pendant toute mon enfance, j'ai pratiqué la musique du sud-ouest, qui s'appelle "renitra". C'est en fait le nom du rythme de cette musiques, très détaché, très rapide. Quand j'étais enfant, j'ai vu dans les petits villages des accordéonistes qui jouaient sur des accordéons diatoniques, avec un jeu très rythmique.

Et quand j'ai grandi, je me suis rendu aperçu qu'on ne trouvait cette musique nulle part ailleurs. A Madagascar, on trouve des accordéons diatoniques dans toute l'île, chaque région a sa musique, par exemple, dans l'est, le rythme est plutôt en 6/8, dans le sud, c'est aussi du 6/8, mais avec des différences, on a des rythmes spéciaux, avec des notes très détachées, et donc dans chaque région, on a adapté la musique locale à l'accordéon... CMTRA : Vous avez sorti en 1996 un premier CD, intitulé "Mikea". A quoi correspond ce titre ?

R.G. : Les Mikea, ce sont des gens qui habitent dans une forêt, dans le Sud de Madagascar. Ce sont des gens qui vivaient dans des villages, et qui ne voulaient pas se soumettre à un roi qui voulait étendre son territoire. Ils se sont enfuis dans une forêt, ils s'y sont installé, ils ont eu des enfants, dans des conditions très dures, et depuis, ils ont continué à y vivre. Ils vivent de la chasse et de la cueillette, ce sont de très bons connaisseurs de la nature, des plantes, et surtout des plantes médicinales, et souvent ils ont été en contact avec les sorciers des villages voisins, pour les aider à guérir les gens malades.

A l'époque, il n'y avait pas d'antibiotiques, et eux connaissent bien les plantes. Mais maintenant, la forêt est menacée, et on voit de moins en moins de Mikea.

Madagascar, c'est un pays ou il y a une nature magnifique et très variée, c'est ça qui fait le charme de l'île, mais elle est menacée par les conséquences du progrès, le défrichage sauvage, les incendies, et il faudrait mettre en place des programmes pour essayer de stopper tout ça. Il faudrait expliquer aux gens des villages les menaces qu'il y a sur la forêt, et que les Mikea ont de plus en plus de mal à y vivre. Tout ça est très problématique. CMTRA : Vous êtes né dans une île, une grande île, Madagascar, et à la suite de votre venue en Europe, en 1990, vous avez rencontré des musiciens et chanteurs qui vivent dans une autre île, la Corse. Vous jouez dans le groupe I Muvrini depuis de nombreuses années, comment se passe la rencontre musicale ?

R.G. : Ca se passe très bien. J'ai commencé dans I Muvrini comme accordéoniste, et depuis deux ou trois ans, je chante de plus en plus avec les frères Bernardini, et on continue à travaille ensemble. Je viens de sortir un nouveau CD, et Jean-François Bernardini chante avec moi. CMTRA : Quel sera le répertoire que vous allez nous offrir à Vénissieux ?

R.G. : C'est un répertoire qui va être mélangé. Je jouerai des airs traditionnels malgaches, ceux que je préfère, mais aussi mes compositions, ou j'intègre des influences venues des musiques que j'entend, et qui me plaisent, comme la musique zoulou, le musette, ou la musique de Louisiane, où j'ai rencontré des accordéonistes fabuleux. Propos recueillis par J.B. Fêtes Escales à Vénissieux

Parc Louis Dupic

Jeudi 6: Yuri Buenaventura

Vendredi 7: Marcel Azzola & Lina Bossatti

Samedi 8: Rachid Taha Concerts gratuits Renseignements

Ville de Vénissieux / Tél : 04 72 90 42 48


logo CMTRA

46 cours du docteur Jean Damidot
69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75

mentions légales

46 cours du docteur Jean Damidot, 69100 Villeurbanne

communication@cmtra.org
Tél : 04 78 70 81 75